Évacuation du « Pacé »… vue par Ouest-France

Squat de Pacé. Évacuation de 250 migrants près de Rennes

Ce mardi à 4h15 du matin évacuation du squat de Pacé,
où vivent près de 250 personnes
. Plusieurs organisations
et associations appellent à la mobilisation.

cameraVoir la vidéo de l’évacuation
du Squat de Pacé (35)

Les forces de l’ordre ont commencé, ce mardi, peu après 6 h,
l’évacuation d’un squat dans une ancienne maison de retraite
à Pacé, près de Rennes, réquisitionnée par l’association
Droit Au logement (DAL) et où 250 demandeurs d’asile
étaient installés depuis début mai.

Les forces de l’ordre sont arrivées sur place à 4 h 15, et l’accès au site a été bloqué. À 5 h, plusieurs dizaines de gendarmes ont entouré la maison.

Les forces de l’ordre sont arrivées sur place à 4 h 15, et l’accès au site
a été bloqué. À 5 h, plusieurs dizaines de gendarmes
ont entouré la maison.

Vers 6 h, des renforts sont arrivés sur place afin de procéder à l’expulsion.
Celle-ci a commencé dans le calme, tandis que plusieurs
dizaines de militants du DAL et de RESF étaient
regroupés devant le bâtiment.

Le plus grand squat de France

Depuis le 6 mai dernier, 250 migrants, dont environ 80 enfants,
avaient trouvé un toit dans cette ancienne maison de retraite.

Des Tchétchènes, des Roumains, des Géorgiens, des Irakiens,
des Africains, des Mongols… Le plus grand squat de France,
à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Rennes.

Selon la préfecture d’Ille-et-Vilaine, il sera donné aux migrants évacués
un ticket de bus pour rejoindre la préfecture, où ils seront orientés
vers l’un des 200 logements recensés mais il n’y aura
« aucune mise à la rue », assure la préfecture.

Fin juillet le tribunal de grande instance de Rennes
avait accordé
un délai de 4 mois aux demandeurs d’asile, soit jusqu’au 15 novembre, pour quitter les lieux.

Projet de reconversion

L’ancienne maison de retraite de 2 300 mètres carrés est fermée
depuis septembre 2011 et fait l’objet d’un projet de reconversion,
notamment en Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA)
par la SA HLM les Foyers, propriétaire des lieux, qui avait déposé
un recours en expulsion devant le tribunal d’instance de Rennes.

Le 16 novembre la société a fait constater par huissier
l’occupation des lieux et demandé le concours
des forces de l’ordre.

Depuis, plusieurs migrants ont fait la démarche d’eux-mêmes
de quitter les lieux sans attendre l’intervention des gendarmes.

Source : Ouest-France

Expulsion du squat de Pacé : « Il n’y aura aucune mise à la rue »

Le Préfet Michel Cadot tient ce mardi matin une conférence de presse
à Rennes, après l’expulsion, vers 6 h, d’environ
200 migrants du squat de Pacé.

Dans un communiqué, la Préfecture a rappelé le contexte
de cette expulsion : « Depuis le 4 mai 2012, environ 200 personnes,
essentiellement demandeurs d’asile, occupent
le bâtiment principal de l’ancienne maison de retraite
de Pacé, vacante depuis octobre 2011
, et pour lesquelles
le juge des référés a prononcé une expulsion »
.

« Pas de trêve hivernale »

Le Préfet d’Ille-et-Vilaine a accordé à l’huissier le concours
de la force publique afin de procéder à l’évacuation du bâtiment
ce jour : « Il est à noter que la période de trêve hivernale ne trouve pas
à s’appliquer s’agissant d’une occupation illégale »
. Le Préfet, en liaison
avec les collectivités locales a mobilisé « des solutions d’hébergement
ou de mise à l’abri qui sont proposées à l’ensemble des personnes
évacuées du squat, en fonction de la situation familiale
et des possibilités d’hébergement mobilisées »
.

La Préfecture précise : « Chaque personne évacuée du squat
a reçu une proposition d’hébergement et de mise à l’abri
et aucune mise à la rue ne résultera évidemment
de l’application de la décision de justice

ainsi effectuée conformément à la loi »
.

Source : Ouest-France

Expulsions du squat de Pacé : des familles désemparées

À Pacé, près de Rennes, 250 migrants ont été expulsés, ce mardi matin,
d’une maison de retraite qu’ils occupaient. Des familles en détresse.

« On ne sait pas… On nous a dit qu’il fallait que l’on se rende
à la préfecture
de Rennes à 9h, pour savoir où on dormira ce soir ! »,
ce mardi matin, 6h15 devant la résidence du Parc à Pacé.

Cet homme de 35 ans, originaire de Georgie, vient de se faire expulser
avec ses deux enfants âgés de 14 et 10 ans et son épouse.

La peur et l’incompréhension

Le jour ne s’est pas encore levé et le froid engourdit les membres.
Les biens de toute la famille tiennent dans une valise
et dans deux sacs de courses. Ils se dirigent
vers l’arrêt de bus.

Dans le regard de la petite fille, se lit de l’incompréhension et de la peur.
Pourquoi tous ces gendarmes en tenue d’intervention ?
Pourquoi elle se retrouve dehors avec ses parents ?
Pourquoi elle doit quitter ce qui était devenu
son refuge depuis six mois ?

Des questions trop compliquées pour son âge
et dont les parents n’ont même pas la réponse.

Familles en détresse

Même question pour cette autre famille qui vient d’Asie. « On a peur.
On nous a juste dit d’aller à la préfecture »
. La maman a tenté
d’emmitoufler son bébé le mieux possible. Son avenir :
« Je ne sais pas ». Elle a du mal à contenir ses larmes.

Selon la préfecture d’Ille-et-Vilaine, chaque famille
et occupant du squat devrait se voir attribuer
un logement dans le département.

par Samuel NOHRA

Source : Ouest-France

Squat de Pacé. Au final, 202 personnes, dont 95 enfants, relogées

Dans un communiqué, la préfecture d’Ille-et-Vilaine
fait le point
sur l’évacuation ce mardi matin
du squat de Pacé, près de Rennes.

L’évacuation s’est déroulée à 6h ce mardi matin. 110 adultes et 73 enfants.

« Évacuation sans incident »

A 9h30, ce jour, l’opération d’évacuation du squat de Pacé,
qui s’est déroulée dans le calme et sans incident, était terminée.

110 adultes et 73 enfants, soit 183 personnes au total,
dont 40 familles avec enfants, ont été recensés.

Des titres de transport leur ont été délivrés afin de rejoindre
la préfecture et des navettes assurées par des secouristes
ont permis de véhiculer les personnes les plus vulnérables
(femmes enceintes, familles avec jeunes enfants, personnes malades).

Une collation et des soins

Les premières personnes ont été accueillies à la préfecture dès 7h45
et à 10h30, l’ensemble des occupants s’était présenté.

A leur arrivée, les personnes ont bénéficié d’une collation et
deux personnes ont reçu des soins par des secouristes de la SNSM :

  • une femme présentant des antécédents cardiaques
    a été évacuée au CHU et ses 3 enfants ont été
    pris en charge par l’aide sociale à l’enfance ;
  • une autre femme, enceinte de 6 mois,a été transportée
    pour observation aux urgences obstétriques.

Relogés en dehors de l’agglo

Les personnes vulnérables et familles avec enfants en bas âge
ainsi que les personnes qui ont été relogées en dehors
de l’agglomération rennaise ont été véhiculées
jusqu’à leur lieu d’hébergement
par minibus ou par taxi.

L’accueil des personnes et familles sur le lieu d’hébergement
est assuré par l’association Coallia (repas du soir,
soutien administratif, inscription scolaire, …).

Huit nationalités

Les personnes accueillies sont de nationalité :

  • chinoise (38 personnes),
  • géorgienne (30 personnes),
  • mongole (27 personnes),
  • arménienne (25 personnes),
  • tchétchène (21 personnes),
  • russe (20 personnes),
  • Congo RDC (18 personnes),
  • roumaine (13 personnes).

Au total 202 personnes

En cours de journée, des ajustements au regard des différentes
situations familiales ou individuelles ont permis de regrouper
des familles et ainsi, le bilan définitif fait apparaître
que 107 adultes et 95 enfants, soit 202 personnes
au total, se sont vu proposer une solution
d’hébergement collectif :

  • 131 dans des gîtes,
  • 38 à l’hôtel,
  • 29 en collectif,
  • 4 en appartement.

publié le mardi 27 novembre 2012
Source : Ouest-France

Rennes. Des migrants occupent les Champs-Libres

Absents ce matin, au moment de l’évacuation du squat de Pacé, ils réclament
eux-aussi d’être relogés, et demandent à rencontrer un élu de la Ville.

Une trentaine de migrants, adultes et enfants, occupent depuis 17h,
le hall des Champs-Libres, à Rennes, emmenés par le DAL35.

publié le mardi 27 novembre 2012
Source : Ouest-France


Retours sur « le Pacé »…


Articles similaires…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s