Retour sur la première audience du Village au Tribunal d’instance d’Angers

Lors de la visite du directeur adjoint du Cabinet de la mairie d’Angers, le message
était claire : pas de procès avant l’ouverture de la Halte de la Baumette,
initialement prévue pour le lundi 3 décembre
. Cette halte de nuit
à base  de préfabriqués sur un morceau de parking
n’est, à ce jour, pas encore ouverte.

Pourtant, aujourd’hui, lundi 10 décembre, vers 15h, une quarantaine de personnes, habitant-e-s et soutiens, se rejoignaient devant le Tribunal d’instance, non loin
du stade Jean Bouin, à l’occasion du procès initié par la mairie d’Angers
contre des habitants du Village.

Notre audience étant à fixée à 15h30, nous ne tardons pas à rentrer dans le Tribunal d’instance devant les forces de l’ordre, quelque peu décontenancé par notre nombre ainsi que par nos allures diverses et variées, contrastant avec la salle du Tribunal.

Dans l’entrebâillement d’une porte, nous voyons une salle d’audience remplie d’avocat-e-s qui se succèdent rapidement dans un ballet de paroles peu compréhensibles. Nous nous entassons donc comme nous le pouvons dans une « salle des pas perdus » conçue pour contenir une vingtaine de personnes, pas plus.

Certain-e-s d’entre nous ayant malencontreusement « pris la liberté » de s’assoir par terre, dont quelqu’un-e-s à la « dégaine peu conventionnelle ». Au bout de quelques quarts d’heure angevins au cours desquels nous patientons dans la discussion, sans manquement
à ce que la morale voudrait en ce lieu, une petite dame, probablement membre
du personnel administratif, ne pouvait plus se retenir d’éclater dans
une pseudo-indigniation auto-justifiée quant à la soit disant
indécence, mais surtout, intolérable présence
de quelqu’un-e-s d’entre nous sur le sol.

L’un d’entre nous, à l’allure de saltimbanque, commence à rouler une cigarette.
Ce fut l’étincelle. Cette petite dame, prenant tout son courage à deux mains,
parce que « trop c’est trop », avec le pas ferme, les sourcils froncés
et les lèvres pincées, vient nous agresser en ces quelques phrases :
« Non ! Là, c’est trop ! Je vous répète qu’il est interdit de s’assoir
par terre !
Il est aussi interdit de clopé et shité ici !« 
. Ce à quoi
il lui répond, le ton amusé : « C’est de la pure discrimination ».
Elle rétorque aussitôt : « Et bien je fais de la discrimination ! ».

À ses quelques remarques désobligeantes précédant cet éclat d’intolérance,
nous lui avions déjà gentiment fait remarquer que, tout d’abord, « nous n’avons pas participé à la conception de cette salle d’attente », que « quand on est moins
nombreux, les juges ne nous prennent pas au sérieux »
et enfin que
« au Village, on accueil nos visiteurs bien mieux que ça ».

Visiblement très amusé par cette situation, notre saltimbanque, en regardant
les fonctionnaires de police
présents, leur pose cette simple question :
« Vous êtes témoins ? ». Ce à quoi l’un d’entre eux répond un petit « non ».
Un poil narquois, notre saltimbanque leur dit alors : « Vous n’avez pas
le choix, vous êtes en service. Si vous ne voulez pas
être témoin, il faut changer de métier »
.

Peu de temps après que soit fumée cette sulfureuse cigarette, nous apprenons
que notre demande de report est acceptée, arrangeant autant les juges
que nous-même, en nous accordant un délai de supplémentaire afin
de mieux préparer notre défense… seulement 8 jours plus tard,
lors de notre seconde audience, dans ce même Tribunal d’instance.

Seconde audience du procès initié par la mairie d’Angers contre le Village :

Mardi 18 décembre 2012, à 9h30
au Tribunal d’instance d’Angers,
bd Pierre de Coubertin
(proche stade Jean Bouin)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s