Retour sur le « Village Express » de la FestiZAD

Du vendredi matin au samedi soir, le Village Express,
c’est une dizaine de voitures et camions
ainsi qu’une douzaine de voyageurs
d’ici et d’ailleurs qui allèrent
(re)découvrir, soutenir la ZAD.

Le Village Express, c’est aussi
de nouvelles rencontres… à suivre !

Retour sur la première audience du Village au Tribunal d’instance d’Angers

Lors de la visite du directeur adjoint du Cabinet de la mairie d’Angers, le message
était claire : pas de procès avant l’ouverture de la Halte de la Baumette,
initialement prévue pour le lundi 3 décembre
. Cette halte de nuit
à base  de préfabriqués sur un morceau de parking
n’est, à ce jour, pas encore ouverte.

Pourtant, aujourd’hui, lundi 10 décembre, vers 15h, une quarantaine de personnes, habitant-e-s et soutiens, se rejoignaient devant le Tribunal d’instance, non loin
du stade Jean Bouin, à l’occasion du procès initié par la mairie d’Angers
contre des habitants du Village. Lire la suite

Rennes. Retour sur « le Pacé » : expulsion imminente !

Pacé. Les 250 migrants du plus grand squat de France
craignent l’expulsion (reportage)


Voir le reportage vidéo…

Ambiance tendue depuis quelques jours au squat de Pacé
près de Rennes. Les 250 migrants qui y vivent depuis mai dernier
craignent d’être expulsés à partir de demain matin.

Le tribunal de Rennes leur avait donné jusqu’à
ce jeudi soir minuit pour évacuer les lieux.

« En fait, on ne sait pas vraiment quand on va être expulsé » précise
une militante de l’association Droit Au Logement (DAL35)
qui, en mai dernier, a « ouvert » ce squat.

« Ca peut être demain matin à partir de 6h ou dans les jours à venir.
Nous avons conseillé aux occupants de mettre à l’abri le peu d’affaires
qu’ils possèdent et de ne garder qu’avec eux le strict minimum ».

Des migrants qui vivent dans l’angoisse.

« Où va-t-on aller si on est expulsé ? Il n’y a plus
de places d’accueil pour nous héberger »

résume l’un d’eux.

Un véritable casse-tête politique et humain
pour les politiques et la préfecture.

Lire la suite

Évacuation du « Pacé »… vue par Le Télégramme

Pacé. 202 personnes relogées après leur expulsion du plus grand squat breton

En juillet, la Justice avait laissé aux quelque 200 occupants
de cette ancienne maison de retraite  jusqu’au mois
de novembre pour en rendre l’usage à son propriétaire.

interview-journalisteÉcouter l’interview audio…

Les migrants du squat de Pacé (35)
ont été expulsés ce mardi matin
.

Squat de Pacé. 202 personnes relogées (2)

Plus tard dans la matinée, après avoir été reçues en préfecture,
140 sont reparties, en taxi, avec une solution de relogement…
de quelques jours.

Lire la suite

Rennes. Retour sur « le Pacé » : Plan hivernale en approche !

Ouest-France – Mme Cécile DUFLOT, ministre du Logement,
envisage la réquisition de logements vacants

Duflot envisage la réquisition de logements vacants
Lire la suite

Rennes. Retour sur « le Pacé » : de l’assignation à la décision !

Près de Rennes, 200 migrants occupent un foyer désaffecté

Au moins 200 migrants, principalement des demandeurs d’asile, occupent
depuis début mai une ancienne maison de retraite à Pacé, près de Rennes,
« réquisitionnée » par le DAL35 pour « sortir les gens de la rue », a-t-on appris
auprès de l’association Droit Au Logement.

Lire la suite

Un Toit c’est Un Droit (35) – Communiqué de presse du Front de Gauche en réponse à l’invitation du Réseau Logement 35

Front de GauchePour le Front de Gauche, la question de l’accueil
et de l’hébergement des migrants ne peut plus
être traitée de la façon dont elle l’est depuis
trop longtemps, alors même qu’une Loi
a été votée en mars 2007, loi DALO
faisant « obligation à l’État de mettre à disposition
un logement à toute personne qui en est privée »
.

Il est scandaleux que l’État se place lui-même en situation illégale par rapport à ses propres Lois.

Lire la suite

Un Toit c’est Un Droit (35) – Occupation de la Résidence du Parc à Pacé par le DAL35 (lettre ouverte)

Le DAL35 occupe depuis le 5 mai 2012 les locaux actuellement vacants
de la Résidence du Parc à Pacé, permettant ainsi l’accueil
de demandeurs d’asile récemment expulsés
de leurs hébergements rennais.

L’indignation de « la commune » de Pacé face à cette occupation
n’aura pu échapper à personne : communiqué de presse
et lettre au Préfet ont été largement, et lourdement,
repris dans la presse locale et dans tous les supports
de communication municipaux, incitant ainsi
les Pacéens à partager cette indignation.

Les élus de la minorité pacéenne, exclus, comme à l’accoutumée,
de la réflexion menée par la majorité sur cet évènement, et évidemment
non associés à la rédaction de ces deux textes, ne peuvent
en être solidaires, et dénoncent l’amalgame entretenu
par le maire sous le vocable « la commune ».

Un communiqué de presse à paraître résume notre position.
Il paraît utile de dénoncer quelques contre-vérités :

Lire la suite