3 éclaireurs du Village en route pour la Halte de la Baumette

Dans la fin d’après-midi, l’une de nos source nous indiquait que la halte de nuit municipale,
la Halte de la Baumette, serait ouverte aux sans-abri ce soir-même, 7 jours après une ouverture manquée qui nous fut annoncée par le directeur adjoint du Cabinet
de la mairie, en personne, lors de notre rencontre au Village.

C’est cette même annonce que nous avions alors interprété comme un ultimatum
lorsque nous fûmes enjoint de quitter le Village dès que cette halte de nuit
serait opérationnelle : lundi 3 décembre 2012.

Le Gymnase de la rue du général Bizot

En partance du Village à destination de la Baumette, sur le chemin, nous décidons de passer au gymnase récemment réquisitionné par la préfecture de Maine-et-Loire.

Agent de sécurité et liste du Samu social

Ce fut l’occasion pour nous de constater
que les entrainements sportifs ont repris
au Gymnase. L’agent de sécurité rencontré
quelques jours plus tôt n’était plus là.

À notre arrivée, derrière un véhicule garé sur le trottoir, devant
le Gymnase, 2 personnes se tiennent près de la porte.

Nous apprendrons plus tard que l’une de ces deux personnes, notre interlocutrice
lors de cette visite improvisée n’est autre que la directrice de la DDASS
celle que nous surnommerons la Veuve noire. Lire la suite

Retour sur la première audience du Village au Tribunal d’instance d’Angers

Lors de la visite du directeur adjoint du Cabinet de la mairie d’Angers, le message
était claire : pas de procès avant l’ouverture de la Halte de la Baumette,
initialement prévue pour le lundi 3 décembre
. Cette halte de nuit
à base  de préfabriqués sur un morceau de parking
n’est, à ce jour, pas encore ouverte.

Pourtant, aujourd’hui, lundi 10 décembre, vers 15h, une quarantaine de personnes, habitant-e-s et soutiens, se rejoignaient devant le Tribunal d’instance, non loin
du stade Jean Bouin, à l’occasion du procès initié par la mairie d’Angers
contre des habitants du Village. Lire la suite

Matinée bureaucratique aux alentours de la rue du Mail…

Rose-Marie Véron, Jean-Luc Rotureau et Frédéric BéatseSuite à la déclaration de Mme Rose-Marie VÉRON
à Ouest-France
, les familles du Village et leurs soutiens s’attendaient à une prise de contact rapide et,
pourquoi pas, à une visite.

Depuis son ouverture, le samedi 27 octobre 2012, premier jour des vacances scolaires de la Toussaint, le Village accueil plusieurs enfants. Sur 9 enfants habitants ou ayant habités au Village, 2 sont actuellement scolarisés. Lire la suite

Ouest-France – Angers. Les dessous d’une succession savamment orchestrée

Frédéric Béatse sera élu maire, ce midi, avec une majorité fragilisée. En exclusivité, Ouest-France vous révèle les coulisses d'une prise de pouvoir.

Frédéric Béatse sera élu maire, ce midi, avec une majorité fragilisée. En exclusivité, Ouest-France vous révèle les coulisses d’une prise de pouvoir.

L’histoire …

1998 : Un « Yalta » à l’Angevine

Nous sommes en 1998. Jean-Claude Antonini vient d’être élu maire. La scène se passe dans un café du centre-ville d’Angers. Une réunion rassemble Frédéric Beaste, conseiller municipal depuis 1995, Luc Belot, président des Jeunes socialistes, Romuald Tahari, président du syndicat étudiant Unef et Hermann Corvé, membre du bureau national des Jeunes socialistes. Frédéric Béatse, le plus vieux, prend la parole. « Il disait que les jeunes et l’avenir, c’était nous », raconte Romuald Tahari, « Si nous voulons prendre Angers dans l’avenir, on doit faire deux choses : creuser le sillon au PS pour prendre la direction de la section angevine et obtenir de Jean-Claude Antonini des places pour les jeunes en 2001. On doit entourer le maire en lui faisant allégeance suffisamment pour obtenir le maximum et écarter le moment venu les quadras, Rotureau et Carré, qui sont les mieux placés pour incarner la relève ».

Lire la suite