Indymedia – Nantes. Retour sur trois mois de luttes pour le logement…

Réquisition de logemnts vides

Prochain rendez-vous du collectif « un toit pour toutes et tous »

  • Lundi 21 janvier à 15h au GASPROM (+ d’infos sur place)
  • AG du collectif, tous les mardis à 18h
    au Gasprom (24 rue Fouré à Nantes)

Les actions passées…

Lire la suite

Angersmag.info – « L’Amour à l’espagnole », les dessous d’une acquisition

2012-12-05 - L'Amour à l'espagnole, les dessous d'une acquisitionPour près de 250 000€, Angers vient d’acquérir le tableau « L’Amour à l’espagnole » de Jean-Baptiste Leprince (XVIIIe siècle). L’œuvre vaut en particulier d’avoir appartenu au plus grand collectionneur d’art d’Angers, Pierre-Louis Eveillard (1736-1790), auquel
la ville envisage de consacrer une exposition
de « rayonnement international ».
Lire la suite

Ouest-France – Angers. la Ville achète un tableau de Leprince pour un montant de 248 747€

Le 9 novembre, lors d’une vente Sotheby’s Paris, la Ville d’Angers a fait préempter pour son compte un tableau de Jean-Baptiste Leprince, intitulé « L’Amour à l’espagnole » (1773).

« L’acquisition de cette toile, tant par sa qualité intrinsèque que par son lien intime avec Angers, est un acte important pour la Ville. Elle a, en effet, appartenu au plus grand collectionneur d’art qu’Angers ait connu, Pierre-Louis Eveillard de Livois (1736-1790) dont la collection est à l’origine de la création du musée des Beaux-Arts d’Angers », explique la Ville.

Le conseil municipal a délibéré hier soir en vue d’acquérir cette toile pour un montant de 248 737€.

L’acquisition a été rendue possible grâce à la participation financière de l’État, de la Région des Pays de la Loire et d’Angers Musées Vivants.

Source : Ouest-France

Rennes. Retour sur « le Pacé » : de l’assignation à la décision !

Près de Rennes, 200 migrants occupent un foyer désaffecté

Au moins 200 migrants, principalement des demandeurs d’asile, occupent
depuis début mai une ancienne maison de retraite à Pacé, près de Rennes,
« réquisitionnée » par le DAL35 pour « sortir les gens de la rue », a-t-on appris
auprès de l’association Droit Au Logement.

Lire la suite

Un Toit c’est Un Droit (35) – Occupation de la Résidence du Parc à Pacé par le DAL35 (lettre ouverte)

Le DAL35 occupe depuis le 5 mai 2012 les locaux actuellement vacants
de la Résidence du Parc à Pacé, permettant ainsi l’accueil
de demandeurs d’asile récemment expulsés
de leurs hébergements rennais.

L’indignation de « la commune » de Pacé face à cette occupation
n’aura pu échapper à personne : communiqué de presse
et lettre au Préfet ont été largement, et lourdement,
repris dans la presse locale et dans tous les supports
de communication municipaux, incitant ainsi
les Pacéens à partager cette indignation.

Les élus de la minorité pacéenne, exclus, comme à l’accoutumée,
de la réflexion menée par la majorité sur cet évènement, et évidemment
non associés à la rédaction de ces deux textes, ne peuvent
en être solidaires, et dénoncent l’amalgame entretenu
par le maire sous le vocable « la commune ».

Un communiqué de presse à paraître résume notre position.
Il paraît utile de dénoncer quelques contre-vérités :

Lire la suite

Ouest-France – Angers. Les dessous d’une succession savamment orchestrée

Frédéric Béatse sera élu maire, ce midi, avec une majorité fragilisée. En exclusivité, Ouest-France vous révèle les coulisses d'une prise de pouvoir.

Frédéric Béatse sera élu maire, ce midi, avec une majorité fragilisée. En exclusivité, Ouest-France vous révèle les coulisses d’une prise de pouvoir.

L’histoire …

1998 : Un « Yalta » à l’Angevine

Nous sommes en 1998. Jean-Claude Antonini vient d’être élu maire. La scène se passe dans un café du centre-ville d’Angers. Une réunion rassemble Frédéric Beaste, conseiller municipal depuis 1995, Luc Belot, président des Jeunes socialistes, Romuald Tahari, président du syndicat étudiant Unef et Hermann Corvé, membre du bureau national des Jeunes socialistes. Frédéric Béatse, le plus vieux, prend la parole. « Il disait que les jeunes et l’avenir, c’était nous », raconte Romuald Tahari, « Si nous voulons prendre Angers dans l’avenir, on doit faire deux choses : creuser le sillon au PS pour prendre la direction de la section angevine et obtenir de Jean-Claude Antonini des places pour les jeunes en 2001. On doit entourer le maire en lui faisant allégeance suffisamment pour obtenir le maximum et écarter le moment venu les quadras, Rotureau et Carré, qui sont les mieux placés pour incarner la relève ».

Lire la suite